On attend quoi pour être de véritables amis ?

Cet été, une amie a eu besoin d’aide. Elle avait besoin que quelqu’un puisse venir lui prêter main forte. Elle avait besoin que quelqu’un vienne passer la journée avec elle, à lui changer les idées. En réalité, elle ne m’a pas demandé explicitement mon aide. Mais je n’avais pas besoin qu’elle le dise. J’ai senti que ça pouvait lui faire du bien, elle n’était pas au meilleur de sa forme.

J’ai donc envisagé la possibilité de lui rendre visite pour lui changer les idées. Après avoir eu cet élément naturel et spontané, mon cerveau s’est mis à réfléchir :

  • avec les enfants c’est quand même compliqué d’aller la voir,
  • il faut quand même sortir, préparer les sacs,
  • et puis il faut aller mettre du carburant dans la voiture, …

Et puis finalement, si je l’appelais. Ce serait pareil, non ?
Voilà la conclusion à laquelle j’étais arrivée en moins de trois minutes.

Est-ce que ça t’est déjà arrivé ?

Est-ce que ça t’est déjà arrivé de sentir, d’avoir l’impression, le sentiment ou pré-sentiment qu’une personne de ton entourage pourrait se sentir mieux si tu faisais telle ou telle chose pour elle. Mais après avoir reconsidéré l’affaire, non plus avec ton cœur, tes sentiments, mais avec ta tête: tu n’as juste plus trop envie de faire cette chose ou cela te demanderait trop d’efforts.

Oui, ça t’est arrivé ? Dans ce cas, nous sommes dans le même cas, et j’ai deux choses à partager avec toi :

  1. Quel genre d’ami veux-tu être ?
  2. L’amitié demande des efforts, des sacrifices !

1.Quel genre d’ami veux-tu être ?

Je ne sais pas pour toi, mais moi, je veux être le type d’ami :

  • sur qui on peut compter en cas de coup dur,
  • qu’on n’hésite pas à appeler pour échanger des idées sur une situation,
  • selon proverbes 17.17 et proverbes 18.24

L’ami aime en tout temps, Et dans le malheur il se montre un frère

Proverbes 17.17

Celui qui a beaucoup d’amis les a pour son malheur, Mais il est tel ami plus attaché qu’un frère.

Proverbes 18.24

Je voudrais donc être le genre d’amie-sœur, une amie digne de confiance. En plus de le vouloir, désormais comment je le manifeste ? Qu’est ce que je fais concrètement pour le manifester ?

2. L’amitié demande des efforts, des sacrifices !

L’amitié est simple dans les moments fun, de délires et de rigolades. Mais elle demande aussi pas mal d’investissement, de renoncement à soi, et d’élévation de l’autre dans d’autres moments beaucoup moins gais et hilarants.

L’amitié, tout comme l’amour, c’est de donner sans rien attendre en retour. Il y a un passage dans la Bible qui nous permet de bien reconsidérer la position de nos différentes amitiés :

Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.

Jean 15.13

Après avoir passé toutes mes relations « amicales » sous le spectre de la parole, je ne peux plus appeler autant de personnes « mes amis ».

Et toi, est-ce que cela te fait voir les choses différemment ? Après avoir lu cet article, est-ce que tu as a moins de véritables amis que ce que tu pensais ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *